25 décembre 2016

Loin des écrans de fumée...

Seul, avec lui, seul, son arbre, seul, son lagon et l'immensité de l'Existence...


Pour consoler les âmes dépourvues d'ancrage dont les enveloppes ont été transformées en monstres trop gras, trop sucrés, trop salés, sur-excités, sous-interpellés, sur-gavés, sous-nourris, on laisse, tous les ans, au pied d'un arbre vandalisé, quelques paquets qui les feront exploser de joie. On leur dit que c'est ça le bonheur.

On en fait des adultes qui, ingrats, sur-stimulés, sous-inspirés, incapables de nourrir leur progéniture de ce dont ils n'ont jamais été nourri, passent leur vie à courir après le bonheur comme s'il se conquiert, comme s'il est qualifiable, quantifiable, trouvable, renouvelable mais périssable. Ils se disent que c'est ça le bonheur.

25 décembre loin des écrans de fumée. Me voici, seul, avec lui, seul, son arbre, seul, son lagon, le soleil qui nous prend, le vent qui nous berce, et l'immensité de l'Existence qui nous enlace, qui nous absorbe, qui nous embrasse.

Les grands bonheurs savent chasser les tristes désirs de petits plaisirs.

Joyeux Noël ! 

Publié sur le compte instagram de @LeAmilcarhttps://instagram.com/p/BObw4HRgNhi/