02 juillet 2012

Carnaval d'embouteillage monstre !

Humeur

C’était carnaval ce week-end à Flic en Flac. Des chars, des jolies filles venues d’ailleurs, de la musique qui fait bouger ; bref, une folle ambiance dans le but d’attirer les touristes.

Je ne sais pas si vous y étiez mais la côte ouest de l’île était littéralement bondée de monde, on dirait presque que toute l’île Maurice s’était donnée rendez-vous. 

Et en plus, c'est une opération réussie pour le ministère du tourisme et la MTPA.


Je dois vous l’avouer, j’étais un peu sceptique au départ. Je ne voyais pas comment le fait de faire venir des brésiliennes à Maurice ferait venir plus de touristes ou ferait vendre l'image du pays. Parce que franchement, si les touristes veulent voir des brésiliennes, ils vont au Brésil, ils ne viennent pas à Maurice.

Mais je m’étais trompé ! Ce n’était pas la stratégie du ministère du Tourisme, non. La vraie raison pour laquelle ils ont organisé ce carnaval, c’est pour créer un trafic monstre dans la circulation routière et s’assurer que les touristes qui étaient à flic en flac ne puissent pas arriver à l’aéroport à temps.

Eh oui, tout le monde sur place se demandait pourquoi il n’y avait quasiment aucun officier de police ou comment l’organisation pouvait-elle être aussi mauvaise… C’est très simple. C’était le but du ministère du tourisme. Il voulait faire les touristes rater l’avion !

Comme ça, ils sont bien obligés de rester plus longtemps à Maurice et donc assurer le remplissage de nos hôtels ; ils sont obligés de dépenser encore plus d’argent, et avec un peu de chance, des mauriciens auront même le temps de leur voler les quelques sous qu’ils n’ont pas encore claqués.

Le secteur touristique se retrouve alors relancé ! Tout cela grâce à l’embouteillage causé par la mauvaise organisation du carnaval (qu’on suppose donc tout à fait intentionnelle, bien sûr).

Le ministère du Tourisme a su tirer profit du fait qu’ils sont très mauvais en organisation. Voilà un exemple à suivre et une bonne nouvelle pour commencer la semaine.