21 novembre 2011

WORLD TV DAY - Et nous alors ?


Instaurée par les Nations Unies en 1996, la World Television Day n’aura de réelle importance à Maurice que le jour où existeront des chaines privées.  Et ce n’est, hélas, pas près d’arriver.

Notre emblème télévisuel national, la Mauritius Broadcasting Cooperation, est très loin de satisfaire les besoins du téléspectateur du second millénaire.  Il faut le concéder, y a beaucoup de tentatives de créativité au niveau de la palette de programmation. Mais entre l’envie et les capacités et moyens que l’on se donne pour réaliser ses envies à la MBC, il y a visiblement un large fossé.

La mère des chaines socioculturels, ethno préférentiels et pseudo éducationnels n’offre de divertissement que l’amateurisme dégoulinant, trop souvent, de notre petit écran.  La MBC reste aussi, comme c’est le cas dans beaucoup de pays tiers-mondistes, un outil de propagande gouvernementale, très utile dans l’exercice de communication du parti au pouvoir.

Le besoin ressenti pour des chaines locales privées est donc tout à fait logique.   Et ce, même si on sait qu’un éventuel réseau de chaines privées risque simplement de devenir un marché fermé, pas si démocratisé. Mais le plus intriguant dans tout cela est qu’il semblerait que les gros groupes de presse actuels n’aient pas la volonté de faire jouer leur pouvoir lobbytique pour obtenir leurs chaines télévisées.  Est-ce une question  de budget ?  Ont-elles, parmi leur personnel, ce qui leur faudrait de compétences pour faire mieux que la MBC ?  Et si elles sont mises en place, les télévisions privées deviendront-elles, au final, qu’une extension des radios privées ? 

Autant de questions, autant de silences. 

Dans l’attente d’une île Maurice qui prendra ses Médias en main,

Bonne journée mondiale de la télévision à tous !