29 novembre 2011

Exit Galan Kolonn, Enter Galan Facebook !


Le « Galan Kolonn » est un incontournable de la culture ado mauricienne. Il est l’archétype du dragueur kitch, le beauf mauvais séducteur qui s’adosse aux pylônes, murs, abribus histoire de se donner du style mais surtout de marquer son territoire.  Il s'est ré-actualisé, version 2.0… 

« Moins de dix minutes après mon réveil, me voila lor coltar. La  flamme, je perce, me dis-je.  J'arrive en face du collège. Dans quelques minutes la cloche sonnera, les filles sortiront, elles me verront. J'arrive à ma pylône. Je m'y adosse... »*
Célébrissime, ce spécimen reconnaissable entre tous a même un email ayant beaucoup circulé qui lui est dédié.  Le texte en question est une narration interne, une immersion dans la tête du « Galan Kolonn » au cours d’une journée type.
« Il commence a pleuvoir. Je reste sous la pluie. Quand mon body sera trempé, je ressemblerai a un des acteurs de Bay Watch. Pas Pamela! La pluie fait mon huile boire degouliner sur mon visage. Ca doit être beau. Mais ca colle un peu. J'éternue. Je tombe malade, je crois. Les filles sont parties. J'ai froid. Je rentre chez moi. Demain, me dis-je, "I will be back!" »*
On retient du « Galan Kolonn », qu’il est un brin trop sûr de lui sur tous les plans, qu’il n’a pas beaucoup de respect pour lui comme pour les autres et qu’il est insistant, très insistant. 

Ces caractéristiques, on les retrouve aujourd’hui chez celui que j’ai tout bonnement envie d’appeler « Galan Facebook ».  Sa journée tourne, évidemment, autour de ses activités sur Facebook.  Celles-ci consistent à faire grimper son compteur d’amis – de jolies filles avec des jolies photos de profil –, à passer les photos en revue, les aimer et commenter et plus important : à essayer de draguer sur Facebook Chat.

Sa mission séduction est entamée par l’envoi de « Hi ! » à l’ensemble de ses ami(e)s proies en ligne. S’il n’y a pas de réponse, il y aura forcément une relance.  Cela va d’un deuxième « Hi ! » pour les moins originaux à un « Are you here dear ? » en passant par des « Hey ? » ou plus simplement, « ??? ».

Je ne vous ferai pas une narration interne de la journée type du « Galan Facebook » mais voilà, il existe bel et bien !  Il a délaissé son pylône mais reste un piètre séducteur dont la niaiserie ne cessera de nous épater.

*Lire l’intégralité du texte sur le « Galan Kolonn » par ici http://varunramburn.topic-board.com/t21-galant-colonne