15 septembre 2011

Aftermarche - Un réveil difficile mais nécessaire!

Le mouvement WANTED est passé du virtuel au « coaltar » samedi dernier. C’est une foule que la presse estime à environ 3 000 qui s’est déplacée dans les rues de la capitale pour faire entendre sa voix.

Nous étions dans la rue non pas en tant que partisans ni en tant que travailleurs ni même en tant qu’étudiants, mais en tant que citoyens ! Des citoyens se sentant tous victimes des marionnettistes qui régissent notre quotidien depuis plus de 40 ans ; des citoyens rassasiés des alliances qui se font et se défont dans le seul but de garder le pouvoir ; des citoyens pour qui envisager une Île Maurice meilleure n’est pas utopique mais nécessaire et primordiale. Et c’était là un merveilleux sentiment qu’on pouvait lire sur les visages des jeunes et moins jeunes qui ont osé se déplacer.


Un sommeil lourd

Oser, c’est le cas de le dire. Car pendant ces dernières années, peu ont osé se mobiliser. L’incapacité à réagir et l’apathie ont pendant longtemps qualifié la population mauricienne. Il y a une quasi-unanimité autour du réveil du peuple. Un réveil est néanmoins difficile.

Les élections, l’accès à l’information et, auprès de certains jeunes, le secteur BPO arrivent à faire oublier que les têtes ne changent guère à chaque quinquennat, que la presse est le bouc émissaire des politiques et que l’exploitation au travail et la discrimination restent des pratiques normales.
Et parce que nos médias ne sont pas aussi ouvertement muselés qu’en Chine ou que la politique ne se fait pas sous un régime totalitaire, nous restons endormis. Nous avons, soit tendance à nous satisfaire d’une illusion de la démocratie et de la méritocratie, soit tendance à l’éviter. Quitter le pays est encore un conseil que beaucoup de jeunes reçoivent « pour un meilleur avenir ». Que faire si nous voulons croire que ce meilleur avenir est possible, ici, à Maurice ?

On se réveille

Le mouvement « WANTED : 15,000 Youngsters to Save OUR Future », en passant du virtuel au réel, a essayé, comme d’autres l’ont fait dans le passé, de réveiller le peuple et de réunir ceux qui sont prêts à sauter du lit. L’exercice est dans l’ensemble réussi. Des milliers de convaincus se sont réunis samedi. Ce n’était pas une action syndicale – qui représente souvent un soutien mutuel, où chaque parti a quelque chose à gagner en soutenant son camarade – mais il s’agissait d’un acte désintéressé. Nous mobiliser et nous réunir est donc ce qui a fait de cette marche une réussite. Et c’est une osmose presque totale que la tranche de la populace présente a pu ressentir.
Presque totale parce qu’aussi louable puisse être cette initiative, les bémols étaient bel et bien là. On avait à la place de la Cathédrale St-Louis presque l’impression d’assister à un rassemblement politique traditionnel pendant quelques minutes.

Et après ?

Le réel a hélas aussi retranscrit les soucis d’ego présents et déplorés sur la toile. Les ambitions politiques partisanes de certains se font craindre, l’arrogance des autres nous aliénerait presque, si ce n’était pas pour la cause. Car le succès de cette marche est dû grâce à son message et aux milliers qui ont osé faire entendre leur message.
Cette mobilisation a quelque part assigné la mission de lobby au mouvement ; il s’agit de faire changer les choses au plus haut de l’État. Et tant que son rôle reste noble – tant que ses initiateurs ne perdent pas le nord ! – le mouvement des 15 000 ne fera que s’amplifier et engendrer des actions citoyennes. Le jour où la direction changera, nous ne suivrons plus car nous ne sommes pas des moutons mais des citoyens en manque d’action !

-  Publié sur la page Forum du quotidien Le Mauricien - 15 Septembre 2011 - http://www.lemauricien.com/article/blogamilcarme-réveil-difficile-nécessaire%C2%A0