13 mai 2010

La parole aux cons?


Titre prétentieux pour une réflexion banale.  Les cons - ceux sur le web, ceux qui téléphonent pour radoter aux émissions radios, ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent et ne font aucunement avancer les débats - devrait-on leur donner la parole?

Certains en ont fait un passe-temps sur le web, ce sont les trolls.  D'autres ont le rôle de con malgré eux, en essayant de jouer aux grands intellectuels.  La notion de "cons" serait aussi relative.  Certains de mes lecteurs ont jugé, par exemple, à plus d'une reprise que je commente des choses que je ne maitriserais pas.  Il y à ceux qui considèrent tous ceux qui ne partagent pas les mêmes avis que les leurs comme des cons.

Je limiterai donc ma définiton de "cons" à ceux qui détournent les propos, ceux qui ne sont d'aucune utilité aux débats si ce n'est que de les rendre houleux par certaines occasions.  Je me fais plus explicite: je ne parle pas commentaires qui avanceraient des "opinions bêtes" mais de commentaires n'avançant aucune opinion justement; fourrés à la bêtise.

Je pense qu'il nous est arrivé à tous de trouver les discours de certains d'une grande bêtise ou d'une immense inutilité.  Ou peut-être suis-je le seul à trouver que des fois, ceux qui appellent pour passer sur des émissions de débats/polémiques à la radio pour dire n'importe quoi auraient mieux fait de ne pas lever le téléphone.  En tout cas, je me pose la question, et si on pouvait s'en débarasser?

En loccurence, il m'arrive de souhaiter que la radio ou blogger ait un système pour éliminer les cons d'office, qu'ils gardent leurs reflexions pour eux.  Mais voilà, cela n'existe pas et avec le recul, je dois l'avouer, cela ne révèlerait pas de l'utopie.

Aussi con qu'un commentaire puisse être, nous devons peut-être accepter qu'il fasse parti de notre environnement d'une manière ou d'une autre.  La démocratie est aussi d'accorder une libre expression à tout le monde tant que cela n'empiète pas sur les droits des autres.  Et cela, même s'il faut écouter le gars qui appelle les trois radios privés chaque semaine pour faire un discours et au final ne rien dire.

Je l'ai dit à la première phrase: titre prétentieux pour une réflexion tout à fait banale.  La conclusion est simple, t'as droit à la parole  au milieu d'un débat, même si tu n'as rien d'intéressant à dire.  A ceux qui reçoivent - auditeurs ou lecteurs - d'apprendre à gérer, à prendre les commentaires comme une pause pub avant que le débat ne reprenne (en espérant évidemment que les cons ne seront pas plus nombreux que ceux avec des idées) et à essayer de ne pas démarrer au quart de tour (oui, j'y travaille!).

xoxo

Photo: jonchu89.blogspot.com