11 janvier 2010

Discrimination Positive

Cela fait à peine trios ans depuis mon premier contact avec le sujet.  Il n’empêche que j’ai eu l’occasion durant ces années de tourner et retounrer ce concept assez complexe dans ma tête.  Il a été difficile pour moi de me prononcer strictement pour ou contre une telle idée.  Le terme en lui meme réuni deux mots à connotations contradictoires: ‘discrimination’ et ‘positive’…

Aujourd’hui je peux me dire, avec conviction, être pour la discrmination positive, mais cela uniquement dans un certain idéal appelé méritocracie.  Cela va sans dire que je suis contre toutes formes de discrimination positive à l’île Maurice donc.



Avant d’expliquer pourquoi essayons de determiner dans les grandes lignes ce qu’est la discrimination positive.  La discrimination positive c’est faire du tri sélectif avec des être humains pour assurer une certaine représentativité et une certaine idée de “justice”.  C’est un principe qui s’applique principalement à l’emploi forcément.

Cela peut choquer car on arrive à interpréter la discrimination positive comme 'choisir quelqu'un par rapport à sa race/son sexe/son appartenance religieuse plutôt que pour ses capacités.'  Et c'est justement pourquoi je pense qu'il est promordial que reigne une méritocracie pour mettre en place la discrimination positive.  Il ne faut pas que cela tourne à choisir une minorité (une femme au lieu d'un homme par exemple) en dépit de la qualité d'autres personnes plus capables pour ce poste.

Il est clair que manier la discrimination positive c'est comme jouer au bord d'un présipice.  A titre exemplaire, la société américaine s'oppose à la société mauricienne sur ce sujet précis.  En Amérique, la discrimination positive est un concept établi.  Cela nous profite d'ailleurs, au cas où nous voudrions aller étudier en Amérique.  Chaque université et la grande majorité d'entreprises se doivent, à la fin de chaque année, de montrer des chiffres de mixité raciale et/ou sexuelle.  Dans un tel cas, la discrimination positive est un succès uniquement car elle ne remplace pas la méritocracie.  Le 'gagnant'est toujours le plus méritant.  Cependant, il faut s'assurer d'aller trouver des méritants dans différentes fermes si je puis dire.

Cependant, sur notre petit paradis au milieu du bleu de l'Océan Indien, nous sommes à des années lumières d'un système intégrateur, d'une méritocracie et des chances égales.  Quand ces concepts qui devraient régir le fond même du système sont inexistants, je trouve inenvisagable d'ajouter à la forme des principes tels que la discrimination positive.  Cela reviendra à officialiser les pratiques de séléction archaïques qui régissent déjà notre système.

Le Best Loser System est un exemple de mauvaise application de la discrimination positive.  Il ne s'arrête qu'à une supposée représentation raciale des députés.  Supposée car il ne prend guère en considération la particularité créole de notre société (je parle là de métissage).  Il n'est au fait qu'un déguisement pour permettre un repechage in extremis d'un élément important, histoire de garder des points plus en popularité.

De plus, un individu a le droit de ne pas décliner son appartenance raciale.  Ce qui à mon avis, n'est pas incohérrent à la discrimination positive.  Celle-ci existe dans un ensemble et non au cas par cas.  Celle-ci existe comme tri selectif comme toute dernière étape et non pour repêcher!

Donc pour moi, la discrimination positive, c'est oui mais pas à Maurice!!!  D'autant plus qu'ils seront nombreux, dans un système pas correctement discipliné, à pratiquer de la discrimination euh négative en se cachant derrière la discrimination positive.

xoxo

P.S. J'espère avoir été plus ou moins clair.  C'est un sujet très complexe et j'ai essayé de présenter les éventuelles incoherrences sans pour autant aller dans les moindres cas de figures possibles.

Photo: echo.levillage.org